Facebook chef de la direction de comparaître devant le Congrès sur la monnaie, plan – Entreprise Canadienne

0
1

WASHINGTON — Facebook Mark Zuckerberg apparaîtra devant le Congrès ce mois-ci que le géant technologique est sous la pression des législateurs et des régulateurs sur son énorme pouvoir de marché, et le record de violations de la vie privée.

République Maxine Waters, la Californie Démocrate qui dirige le House Financial Services Committee, a annoncé, mercredi, que Zuckerberg va témoigner à l’audience par le groupe d’experts sur Oct. 23. L’accent sera mis sur Facebook du projet de création d’une monnaie numérique et son rôle dans le logement. La société a accepté en règlement judiciaire en Mars à la refonte de son ad-systèmes de ciblage afin de prévenir la discrimination dans le logement, au crédit et à l’emploi des annonces.

Les législateurs des deux partis, et haut les organismes de réglementation, y compris le Secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin et Président de la Réserve Fédérale Jerome Powell, ont critiqué Facebook du plan de la nouvelle monnaie, exprimant la crainte qu’il pourrait être utilisé pour des activités illicites telles que le blanchiment d’argent ou de trafic de drogue. Il est également préoccupant que l’énorme réserve est créée avec de l’argent utilisé pour acheter la nouvelle monnaie, d’être appelé Balance, pourrait supplanter la Fed et de déstabiliser le système financier, et que les consommateurs pourrait être blessé par la Balance des pertes.

En juillet, les Eaux et les autres du comité de Démocrates envoyé une lettre à Facebook demandant de mettre fin à aller de l’avant avec la monnaie et avec le porte-monnaie numérique, appelé Calibra, qui serait utilisé dans le nouveau système de monnaie. Démocrates de la chambre ont également menacé de loi qui permettrait de bloquer les grandes entreprises de haute technologie à partir d’entrer dans le secteur bancaire.

Eaux a appelé la Balance “un nouveau, basé en Suisse, le système financier” qui, potentiellement, est trop gros pour échouer et pourrait demander à un contribuable de sauvetage.

La France est le ministre des finances a déclaré mercredi que l’Union Européenne ne devrait pas permettre à Facebook d’élaborer le projet de monnaie sur le “territoire Européen”, car il menace la souveraineté monétaire des pays membres. “Il ne devrait pas être le rôle d’une société privée pour essayer d’obtenir un souverain de la monnaie comme un état souverain,” le Ministre des Finances Bruno Le Maire.

À la différence numérique monnaies comme bitcoin ou de l’Ethereum, Facebook plan du appels pour la Balance à être soutenu par les monnaies réelles.

David Marcus, le Facebook de l’exécutif à la tête du projet, dit aux parlementaires de plus de deux jours d’auditions au congrès, en juillet, que Facebook ne serait pas lancer le projet de monnaie jusqu’à ce qu’il avait reçu toutes les approbations nécessaires des organismes de réglementation et sécurisé de la protection de la confidentialité des données des utilisateurs. Il a dit que Facebook ne permet pas de contrôler la Balance parce que Facebook aura qu’un seul de près de 100 entreprises et les organismes sans but lucratif dans une association qui va gérer la monnaie.

Le plan permettrait d’ouvrir à faible coût commerce en ligne à des millions de personnes à travers le monde qui n’ont pas accès à des comptes bancaires, et il serait moins cher d’envoyer de l’argent à travers les frontières, Marcus a dit. Il n’est pas d’accord à une suspension d’un plan ou d’un projet pilote, ainsi que plusieurs législateurs exhorté.

Facebook, les médias sociaux géant avec près de 2,5 milliards d’utilisateurs à travers le globe, en vertu de la plus grande attention de la part du législateur et les autorités de réglementation à la suite d’une série de données de la vie privée des scandales, y compris les défaillances dans l’ouverture des données personnelles de millions d’utilisateurs de Président de Donald Trump 2016 campagne.

Le Ministère de la Justice, la Federal Trade Commission et de la Commission Judiciaire de la Chambre antitrust sous-comité sont tous de la conduite d’enquêtes de Facebook et les autres grandes entreprises de haute technologie tandis que des accusations d’abus de leur pouvoir de marché pour écraser la concurrence.

Zuckerberg avait trois jours de réunions privées à Washington le mois dernier avec la Trompette et plusieurs législateurs qui, comme le président, sont les critiques de l’industrie de haute technologie. Il s’est également entretenu avec la Maison de l’Intelligence Comité afin de discuter des façons d’empêcher les acteurs étrangers de perturber les élections de l’année prochaine. Dans une autre session, Zuckerberg dit aux dirigeants de la Commission Judiciaire de la société dans le co-opérer avec leur enquête antitrust.

Zuckerberg dernier a témoigné au Congrès au printemps, quand il a été interrogé à propos de la confidentialité, de l’élection d’interférence et d’autres questions.

?ñ??:??

Marcy Gordon, L’Associated Press