Le panel de l’OMC: l’UE ne parvient pas à terminer les subventions illégales pour Airbus – Entreprise Canadienne

0
119

GENÈVE — l’Organisation Mondiale du Commerce panel a jugé lundi que l’Union Européenne ne s’est pas conformé à un ordre de la fin des subventions illégales pour l’avionneur Airbus, ce qui a incité l’Atout de l’administration d’imposer des droits de douane sur près de 7,5 milliards de dollars de marchandises de l’UE en octobre.

Dans sa décision, de l’OMC et de la conformité groupe spécial a constaté que l’UE n’avait pas pris suffisamment de mesures pour mettre fin au préjudice de Boeing, le principal rival de l’Europe de l’Airbus. L’UE devrait faire appel, si les États-unis est sur le point de la prévention de la cour d’appel de l’OMC — l’Organe d’Appel, — de statuer sur tous les nouveaux appels.

Répondre à lundi décision, l’exécutif de l’UE de la Commission blâmé le panneau pour faire “un certain nombre de graves erreurs de droit dans son évaluation de conformité UE,” et a déclaré que ses recommandations sur les moyens de la conformité serait “très problématique pour une grande partie des membres de l’OMC.”

“La Commission Européenne va décider sur le cours de son action à la lumière de cette évaluation, y compris la possibilité d’interjeter un appel afin d’avoir ces erreurs corrigées,” il a dit dans une déclaration.

La commission fait également allusion à une décision attendue l’année prochaine par un arbitre de l’OMC dans une affaire illicite de gouvernement des états-UNIS de soutien pour Boeing, ce qui pourrait donner à l’UNION européenne l’autorisation de frapper les droits de douane sur les marchandises AMÉRICAINES.

L’Airbus cas des centres sur les soi-disant “aide au lancement” de l’UE que les juges de l’OMC a statué avait cabossé empêché de vente pour les avions de Boeing dans le twin-allée et de très grands marchés des avions.

En Mai de l’année dernière, l’Organe d’Appel a estimé que l’UE et quatre de ses états membres — Bretagne, la France, l’Allemagne et l’Espagne—, n’a pas à respecter une version antérieure du comité sur la conformité de la décision. L’UE a insisté, dans son argumentation, que les subventions ont été levées, et que les mesures appropriées ont été prises afin de supprimer les subventions à impact nocif sur Boeing.

Le groupe spécial a constaté que l’UNION européenne n’a pas démontré qu’il avait réussi à retirer le français, l’allemand, l’espagnol et Britannique, des subventions pour l’A380 superjumbo, ou en allemand et Britannique des subventions pour l’A350XWB gros porteurs jet.

Une résolution finale pourrait être rendu plus difficile en raison de l’OMC, l’organe d’appel, qui a le dernier mot en cas de différend commercial, est devenu incapable d’entendre de nouveaux cas, à partir de la semaine prochaine.

En vertu des règles de l’OMC, l’Organe d’Appel doit avoir au moins trois membres, et, aux termes de deux de ses trois membres, venant à échéance Déc. 11. Les États-unis ont raison, à lui seul bloquer tous les nouveaux rendez-vous, alléguant que les membres de l’organe avoir enfreint les règles de l’OMC et de tirage excessif des salaires et des avantages, entre autres choses.

Il est difficile de savoir si l’Organe d’Appel de trois membres continueront à travailler sur des cas en suspens après les deux mandats arrivent à expiration. Parfois, ses juges travail sur les cas en instance, même après leur expiration.

Il n’y a pas de réponse immédiate des états-UNIS bureau du Représentant au Commerce.

Dans un communiqué, Airbus a appelé les Etats-unis à “réduire immédiatement” les 7,5 milliards de dollars “d’environ 2 milliards de dollars”, faisant valoir qu’il était directement lié à la constatation que les prêts pour le développement de l’Airbus A380 superjumbo “n’est plus d’avoir une incidence sur les ventes de Boeing et que, par conséquent, la valeur de la perte de ventes n’existe plus.”

Airbus n’a pas élaborer sur la façon dont il a atteint cette estimation dans sa déclaration, et un porte-parole de ne pas donner immédiatement le commentaire à L’Associated Press.

L’OMC de règlement des différends de compréhension, une sorte de livret de règles pour le règlement des différends, a déclaré que les parties en litige en cas de besoin pour assurer la pleine mise en œuvre des décisions avant tout de l’OMC go-ahead pour le levage de tarifs, et qu’il ne peut pas être “second arbitrage” comme dans le cas de l’7,5 milliards de dollars de la sentence d’arbitrage donné aux États-unis.

Dans sa décision, le jury a déclaré que l’UE et les quatre états membres “a échoué à mettre en œuvre les recommandations et décisions” de la baisse du panel de l’OMC à se conformer avec le commerce du corps de règles.

Jamey Keaten, L’Associated Press